Le folklore et les traditions arlonaises:

Les coutumes et les usages du Pays d'Arlon sont nombreux et égayent la vie de la ville tout au long de l'année. Ces manifestations et événements du patrimoine culturel font de Arlon une ville joyeuse et riche en culture. Citons parmis les fêtes les plus connues, le Carnaval avec l'intronisation du Prince Carnaval et la remise des clés de la Ville à celui-ci et surtout la calvacade avec la présence de groupes locaux tel que les célèbres Pierrots de la Rue de Diekirch. Et tout cela, sans oublier, les Faaschtebounen lors du Carême et la Fête du Maitrank au mois de Mai.

Cependant, tout le folklore arlonais ne se limite pas à ces festivités. Le patrimoine musical et immatériel de l'Arelerland possède également quelques chansons et contines, le plus souvent en langue luxembourgeoise.

Journée des Fêves de Carême ou Stierek

Au premier dimanche du Carême, les enfants d'Arlon vont sous les fenêtres des mariés de l'année, qui le désirent ou non. Ceux-ci leurs jettent alors des Faaschtebounen (des friandises, sucreries, fruits, argent,...) après que les enfants leur aient chanté, accompagné en général par une petite fanfare, la chanson suivante:

D'as Gelek an érem Haus,
Geheit dei Faaschtebounen eraus
Il y a du bonheur dans votre maison,
Jettez-nous les fêves de Carème

Le carillon de St Donat

Toutes les heures le carillon de l'église Saint Donat joue l'air en luxembourgeois Zu Arel op der Knipchen qui se traduit par À Arlon sur la butte (en sous-entendu, la butte de la Knipchen). Cet air a été repris dans la chanson de la Marche des Chasseurs Ardennais.

Voici les paroles et la traduction:
Zu Arel op der Knipchen,
Dô sin dei Wèîber frou;
Sî drènke gier èng Schlipchen,
Eng rift dêer âner zou.
Mum Anelêîs, mum Anelêîs,
Wât mâchen dan êr Gèns?
Si sûdelen,
Si pûdelen
A wèsche séch hîr Schwèns
À Arlon sur la butte,
les femmes sont joyeuses.
Volontiers elles prennent une petite goute,
en s'interpellant bruyamment.
Tante Annelise, tante Annelise,
que font alors les oies?
Elles barbotent,
pataugent dans l'eau
et se nettoient le plumage
Wan d Frâen ze fil gedronkt hun,
Da gêt alles zu Wê,
Da gi se giere mann Krun
Séch wènselen op d Hê.
Mum Anelèîs, mum Aneleêîs,
Wie kacht dan hinnen d Zop?
Si hun èng Môt,
Dei feiert de Stôt
A wârt en och schein op.
Quand les femmes ont trop bu,
tout va de travers,
Elles se plaisent à se vautrer sur le fenil
avec le robinet du tonneau.
Tante Annelise, tante Annelise,
qui leur prépare la soupe?
Elles ont une servante,
qui s' occupe du ménage
et les sert de son mieux.
Hêî d Mènner wölle blêîwen
Lâng sötze bêî dem Glâs,
A fîr ze ferdrèîwen
Hîr Zêît mat laûter Spâs.
Mum Anelèîs, mum Anelêîs,
Wât mâchen dan dei Hön?
Da spille se,
Da bille se
A rêîwen séch de Kön.
Ah les hommes s'attardent
longuement à pinter,
pour passer le temps
à rire et à plaisanter.
Tante Annelise, tante Annelise,
que font donc les chiens?
Ils jouent,
ils aboient
et ils se frottent le menton.
De Paschtouer an de Koschter
Dei hun och gier d Zong nâs
An ênt Sték Hâm mat Moschter
Dât fêlt nit bèî dem Glâs.
Mum Anelèîs, mum Anelèîs,
Könt d' Kèchen nit duerun?
Si krit jô mat
E gude Pat
Wa si èppes wölt derfun.
Le curé et le sacristain
aiment aussi à s'humecter la langue.
Un morceau de jambon avec de la moutarde
ne manque pas auprès de la bouteille.
Tante Annelise, tante Annelise,
est-ce que la servante du curé reçoit sa part?
Certes on lui donne
un bon broc,
si elle le désire.
Op d Bûréch gin ons Jongen
Wan d Mêdercher dô sin;
Dâ si si wei gezwongen
Séch oft èng Bês ze gin.
Mum Anelèîs, mum Anelèîs,
Dât schékt séch ôwer nit
Wât wölder hun?
Soubâl dôun
Gi si es kêmôl mit.
Nos garçons s'ent vont aux brandons,
si les filles y vont
Ils se voient pour ainsi dire
forcés de s'embrasser plus d'une fois
Tante Annelise, tante Annelise,
cela est-il convenable?
Que voulez-vous?
Dès qu'ils en ont goûté,
ils sont insatiables.
Wan d Kieweléke fleien,
Dan as al Mönsch zu Fous;
Fîr der e puer ze kreien,
Krit mei wei ên e Stous
Mum Anelèîs, mum Anelêîs,
Dan as Frêt op der Knup
Dô as gut Loft
An't göt gu Stoft
Am Râf an an der Schlup
Quand les hannetons volent,
tout le monde est sur pied.
Pour en obtenir quelques-uns,
plus d'un reçoit une bourrade
Tante Annelise, tante Annelise,
alors il y a de la joie sur la butte
L'air y est pur
et une bonne potée
mijote sur le feu
Ons Dokteren, dât si rèng Lèt,
Wa mir jô nit krank sin
Si sôen ons: "Blèîft nit am Bèt,
Dîr hut jô èng gut Min."
Mum Anelèîs, mum Anelèîs,
Huddir och èng gut Long?
A méngem Baûch
As wât éch braûch
An am Mon èng gut Zong
Nos médecins sont d'habiles gens,
quand nous ne sommes pas malades
Ils nous disent: "Ne restez pas au lit;
votre mine est excellente."
Tante Annelise, tante Annelise,
avez-vous de bons poumons?
Quant à la santé,
j' ai tout ce qu'il faut,
et j'ai la langue bien pendue
Soubâl dem Hârt sèng Tût klénkt,
Da jèîzen d Schwèî fu Frêt;
Dan huet de Bok der Gês gewénkt,
Lô gimmer glèîch op d Wêt
Mum Anelèîs, mum Anelèîs,
Drènkt den Hârt och gieren d Dröp?
Schènkt him der zwou
An nach èng derzou,
Da lèkt e séch nach d Löp
Quand retentit le cornet du porcher,
les cochons grognent de joie
et le bouc fait signe à la gatte, pour lui dire:
"On va aller brouter à deux."
Tante Annelise, tante Annelise,
le porcher aime-t-il la goutte?
Versez-lui deux verres
et un en sus,
et il se pourl&egravechera les babines.
Ei éch ophâle mèî Gesank
Da laûschtert nach dat hèî
Ech frôen iech kê groussen Dank
Fîr dei klèng Dommerèî
Mum Anelèîs, mum Anelèîs,
Dîr hut iech gut ferdrôt
Dîr git och mat.
Mat ènger Hat
Sichen é Fuesensbrôt
Avant de terminer ma chanson,
écoutez encore ceci.
Je ne vous demande pas un grand merci
pour ces niaseries.
Tante Annelise, tante Annelise,
vous vous êtes bien comportée
Vous nous accompagnerez
avec une hotte, pour aller
chercher les aumônes du Mardi Gras
Haut de la page